Dimanche 5 juillet 2020

Psaume 61


Lire le texte

Du bout du monde vers toi je crie, le cœur abattu: Mène-moi vers le rocher trop haut pour moi! Je trouverais asile dans ta maison pour toujours, Lové au secret de tes ailes… Qui est ce malheureux? David, roi plusieurs fois contraint à la fuite? Un prêtre évincé? Un déporté à Babylone? Comme le vent, les tâches, événements et rêves nous déportent loin du Seigneur, d’un «chez toi» aimé: l’exil spirituel est une expérience commune à beaucoup. Pour survivre à l’épuisement, il ne me reste que l’appel à Dieu, la foi en sa promesse de répondre… et «c’est bon pour le moral!», le souvenir d’un cantique des temps heureux – les vv. 7-8 sont peut-être le fragment d’un hymne de cour en exil dans ce psaume… «Jusqu’au rocher tu me conduiras»: ce guide qui revient dépanner le traînard, c’est Dieu que la miséricorde met en mouvement. «Tu es pour moi refuge et bastion»: statique, cette image de Dieu évoque la sécurité rapide ou durable qui nous garantit de tous les coups. Mobile ou érigé, à rencontrer ou contempler, Dieu est en Jésus chemin et lumière du monde. Il nous appelle. Il grave en nous le but et le chemin.


Prière: Echo dans les textes de ce dimanche «Venez à moi vous tous qui êtes fatigués de porter un lourd fardeau!» (Mt 11,25-30) «L’Esprit est vie en vous parce que vous avez été rendus justes devant Dieu.» (Rm 8,9-13) Cantique «PsC» n° 389: «Alléluia» n° 48-10  

Référence biblique : Psaumes 61

Commentaire du 06.07.2020
Commentaire du 04.07.2020